2003 - Édition précédente

2003

Jury

Galerie

14

au

17

avril

2003

édito

Aigle d’or de l’aventure – Grand Prix du Festival
“Les tribus cachées d’Amazonie”
Année – Durée : 2002 – 52 ‘ – France
Réalisation : Erling Sôderstöm – Production : Striana Productions / France 5

Prix spécial du Jury
“Richard et ses requins”
Année – Durée : 2002 – 52′ – France
Réalisation : Roland Théron – Production : Média Vidéo Compagnie

Prix Alain Estève – Qualités techniques du film
“Troisième Pôle”
Année – Durée : 2002 – 52′ – France
Réalisation : Michel Peissel – Production : MC 4

Grand prix du public – Coup de cour des spectateurs
“Richard et ses requins”
Année – Durée : 2002 – 52′ – France
Réalisation : Roland Théron
Production : Média Vidéo Compagnie

Prix espoir CMC
“Les tribus cachées d’Amazonie”
Année – Durée : 2002 – 52 ‘ – France
Réalisation : Erling Sôderstöm – Production : Striana Productions / France 5

Maître de cérémonie

Didier Regnier

Didier Regnier est un animateur de télévision français.1978 : lauréat de La Course autour du monde.
1984 : animateur et rédacteur en chef du Grand raid.
1985 : grand reporter au magazine des droits de l’homme Résistances.
1988 : animateur de Sagarmatha 88, première liaison directe depuis l’Everest.

Il a été animateur de “Samedi passion” avec Gérard Holtz, “Aventures voyages”, “Samedi aventure”, rédacteur en chef de “C’est au programme” et présentateur officiel du festival Aventure et Découverte.

Il a publié “L’aventure du grand Raid” chez Robert Laffont en 1986.

Le Président de Jury

Bernard Giraudeau

Bernard Giraudeau est né à la Rochelle en 1947. Acteur, réalisateur, producteur, scénariste et écrivain, Bernard Giraudeau se destinait pourtant à une toute autre carrière. Celle de mécanicien. A 16 ans, le jeune Bernard entre à l’École des apprentis mécaniciens de la flotte (Marine nationale). Il en sort premier un an plus tard. De 1964 à 1966, il s’engage dans la marine, avant de la quitter pour tenter sa chance en tant que comédien. En 1970, il intègre le Conservatoire et décroche le premier prix de comédie classique et moderne. Au début des années 80, ce séducteur aux yeux bleus joue dans des comédies populaires comme L’année des Méduses (1984). S’en suit une cinquantaine de rôles pour le cinéma, la télévision et le théâtre, dans lesquels l’acteur connaît plus ou moins de succès…

Nicolas Peyrac

Nicolas Peyrac

De son vrai nom Jean-Jacques Tazartez, Nicolas Peyrac naît le 6 octobre 1949 à Rennes. Avec ses frères, il est élevé en Bretagne par une famille de médecins. Quand ses parents divorcent au début des années 60, Nicolas s’envole pour New York avec sa mère. Il y réside environ une année avant de revenir vivre avec son père en Bretagne. Déjà très épris de chanson, il a commencé très tôt à écouter les grands classiques du patrimoine, de Ferré à Brel. Il apprend seul la guitare et écrit quelques textes et poèmes comme tout adolescent un peu tourmenté. De plus, il découvre la musique anglo-saxonne qui enrichit son inspiration et sa culture musicale.

Loïc Leferme

Loïc Leferme

Originaire de Malo-les Bains près de Dunkerque, Loïc est né le 28 août 1970. Il est issu d’une famille de nageur : son grand-père, entraîneur national et son père, plusieurs fois champion de France de natation et pré sélectionné olympique (jeux de Mexico). Loïc découvre l’apnée pendant ses études de sport à l’université de Nice avec Olivier Heuleu, étudiant de sa promo (membre de l’équipe de France d’apnée de 1998 à 2001 – vainqueur de la Coupe du monde par équipe en 2000.) À la fin de ses études, il obtiendra une maîtrise STAPS dont le sujet était « Le vol en escalade ». En effet, le risque dans le sport est un thème déjà présent dans sa recherche. Avec Olivier, ils liront et reliront « Passions du risque » de David Le Breton (sociologue français, spécialiste des représentations et des mises en jeu du corps humain, qu’il a notamment étudié en analysant les conduites à risque).

Assez doué, Loïc pratique principalement la varape, le ski depuis son adolescence, mais aussi l’alpinisme et la spéléologie.

Il est très impressionné à l’époque par des grands alpinistes comme Reinhold Messner (il lit « La montagne à mains nues » de René Desmaison), des grimpeurs comme Patrick Edlinger et Patrick Berhault (dont il sera très proche les dernières années avant sa disparition), ou encore des navigateurs hors du commun, passionnés et anticonformistes comme Bernard Moitessier…
Ces quelques destins resteront les références essentielles toute sa vie dans ses recherches et dans l’explication de sa propre trajectoire sportive et humaine …

Didier Regnier

Didier Regnier

Les jeunes générations ne le connaissent sans doute pas. Pour les quadras et plus, Didier Régnier est celui qui, chaque samedi après-midi, les scotchait, émerveillés, devant ses émissions d’aventures et ses reportages autour du monde. L’infatigable globe-trotter, révélé en 1978 par un jeu mythique, «la course autour du monde», est depuis peu retiré de la télévision.

Retour en images